Les illusions d’optique : décryptage du phénomène

Elles sont toutes plus hallucinantes les unes que les autres et vous rendent gaga. Vous avez beau vous persuader qu’il ne s’agit que d’une « illusion », vous tombez à chaque fois dans le panneau  avec la sensation de vous faire avoir à tous les coups ! Zoom sur la mécanique des illusions d’optique pour enfin comprendre comment ça marche !

Notre cerveau nous joue des tours

Les illusions d’optique sont des erreurs de perception de la forme, de la couleur, des dimensions ou du mouvement de certains objets. La multitude d’informations perçues par nos yeux est transmise à notre cerveau qui va les trier et les analyser. Si les informations qui arrivent au cerveau sont contradictoires, il ne parvient pas à les interpréter.

Les illusions sont les témoins des mécanismes de la vision. Elles confirment que notre perception du monde est assez éloignée de la photographie. Elles sont le résultat :

  • d’une stimulation des photorécepteurs rétiniens, qui peuvent subir des phénomènes de fatigue,

  • et surtout d’une construction mentale, à partir des messages nerveux reçus parfois erronés. Le cerveau cherche à mettre du sens partout, même là où il n’y en a pas. Alors, il en fait trop, amplifiant les contrastes, créant contours, couleurs, perspectives, reliefs, mouvements, en fonction de ce qu’il connaît. En effet, malgré une organisation générale commune du cortex visuel, les apprentissages et le vécu diffèrent d’une personne à l’autre, d’où une sensibilité variable à certaines illusions.

Nous ne pouvons donc pas faire confiance à notre cerveau !

Les illusions d’optique nous font « tourner la tête »

Voici les illusions d’optique que l’on rencontre le plus fréquemment :

  • La mise en relation de longueur des éléments de la figure.           
            
    illusion d'optique
  • La courbure des arcs de cercle: ils varient en fonction de leur longueur (les arcs courts seront vus plus plats que les longs).                                                   
     
  • Les effets d’angles: parmi les plus spectaculaires, nous avons tendance à surestimer les angles aigus et à sous-estimer les angles obtus, créant les illusions d’optique. 
     
  • La verticalité: une ligne verticale paraît plus longue qu’une horizontale de même longueur car le mouvement des yeux lié aux lignes horizontales est plus facile à exécuter qu’un mouvement vertical.  
                                                                            
  • La perspective: la présence de traits suggérant la perspective entraîne des illusions de grandeur. À même grandeur physique, une forme paraissant plus éloignée qu’une autre sera vue plus grande et inversement.  
                                                            
  • La division de l’espace: un espace qui est divisé ou occupé par de nombreux éléments apparaît généralement plus grand qu’un espace qui ne l’est pas. 
     
  • Les illusions de couleurs: le cerveau adapte l’information de la luminosité d’une zone en fonction des zones voisines. Une couleur est ainsi perçue différemment suivant les couleurs qui l’environnent : c’est l’induction chromatique.  
     
  • Les illusions subjectives: ce phénomène consiste à percevoir des figures qui se détachent de leur fond bien qu’aucun trait ne soit tracé pour délimiter celles-ci. Ces figures nous paraissent aussi plus claires ou plus sombres que leur fond. L’illusion est due à une opération mentale de l’observateur : il prolonge inconsciemment les segments dans la région centrale et cherche un relief. Le cerveau imagine que les lignes se coupent et qu’un objet posé sur l’intersection cache cette dernière. Cependant quand les segments sont inclinés, cette opération mentale est moins fondée et l’illusion disparaît. 
     
  • Les images résiduelles: une image résiduelle est une image qui demeure quand on cesse de regarder un objet. La rétine, située au fond de l’œil est tapissée de cellules sensibles à la lumière colorée.      
                                                                                    
  • Les illusions de mouvement: les muscles de l’œil permettent non seulement de suivre un objet mais aussi de le percevoir exactement. Il est également prouvé qu’il se produit des mouvements lorsque l’œil fixe fortement un objet. C’est la raison pour laquelle il se produit des mouvements imaginaires. Les effets de mouvement surgissent au moment où les images rémanentes entrent en conflit avec celles qui sont déplacées du fait des mouvements des yeux.