Aller au contenu principal

(= cartData.lines.length =) article articles

  • (=:: line.product.common.title || line.designation =)

    (=:: line.quantity =)
    (=:: line.amountWithTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) (=:: line.amountWithoutTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) HT
    *Prix magasin

Total : (= cartData.amounts.linesAmountWithTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) (= cartData.amounts.linesAmountWithoutTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) HT

Panier en cours de paiement

Voir mon panier

Votre panier est vide. Panier en cours de chargement...

Jusqu’au 27 octobre, profitez de la 2ème paire de marque offerte* pendant les Jours Krys.

Santé Tout connaître sur les acouphènes

Vous entendez une sorte de bourdonnement ou de sifflement dans vos oreilles ou dans votre tête ? Vous souffrez probablement d’acouphènes, ces bruits fantômes qui apparaissent sans que de véritables sons n’arrivent dans vos oreilles. Afin de prendre soin de votre système auditif, il semble intéressant de connaître l’origine des acouphènes, leurs causes, leurs conséquences sur votre santé ainsi que les éventuels traitements associés. Des conseils de prévention pour éviter de nouveaux troubles de l’oreille pourraient également être utiles...

Qu’est-ce qu’un acouphène ?

Tintement, sifflement, bourdonnement à l’intensité et à la fréquence variables : il existe autant de descriptions et de ressentis des acouphènes que de personnes qui en souffrent. Selon une enquête réalisée en 2020 par l’association JNA (Journée Nationale de l’Audition) et l’IFOP, environ 20 millions de Français seraient concernés. Ces sons parasites correspondent à des bruits entendus de manière continue ou intermittente, dans une oreille ou dans les deux, à l’avant, au centre ou à l’arrière de la tête, sans que l’environnement produise réellement de sources sonores.

Les acouphènes sont pourtant loin d’être imaginaires puisqu’ils répondent à des causes mécaniques et physiologiques. Ils peuvent être occasionnels ou permanents. En effet, les acouphènes temporaires peuvent se manifester à la suite d’un traumatisme acoustique, dans le cas d’un concert par exemple. La plupart du temps, ces troubles disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus, mais s’ils perdurent dans le temps, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé. S’ils se manifestent de façon variable d’une personne à l’autre, parfois par une simple gêne, ils peuvent se révéler très handicapants au quotidien, provoquant des pertes d’équilibre, des nausées, des douleurs ou des états d’anxiété qui impactent la qualité de vie. Les acouphènes peuvent également, dans de nombreux cas, s’ajouter à une hyperacousie qui n’est autre qu’un traumatisme lié au bruit. 

Quelles sont les causes des acouphènes ?

Il existe deux types d’acouphènes : les acouphènes subjectifs et les acouphènes objectifs. Les acouphènes objectifs sont les plus rares : ils représentent 5 % des cas. Ils correspondent à des bruits réels et mesurables, souvent rythmiques, comme les battements du cœur ou le bruit du sang qui circule. Il est également possible d’entendre les muscles de l’oreille craquer. Ces bruits peuvent s’entendre par le professionnel de santé ou par les proches du patient.

Pour ce type d’acouphènes, qui peuvent être liés à une anomalie dans la région de l’oreille interne, un traitement est souvent possible. C’est pourquoi ils nécessitent une consultation médicale afin de déterminer si leur origine est physiologique ou pathologique ainsi que les causes précises. Il peut s’agir, entre autres, de maladies des vaisseaux sanguins ou de troubles du cerveau.

Les acouphènes subjectifs représentent 95 % des acouphènes et ne correspondent à aucun bruit réel. Ces sons fantômes, souvent décrits comme des bourdonnements ou des sifflements, sont perçus uniquement par la personne qui en souffre et ne peuvent pas être identifiés lors d’une auscultation. Il est, de ce fait, beaucoup plus difficile de détecter les causes et les symptômes exacts.

Souvent associés à la répétition d’expositions sonores et à une perte auditive, minime ou majeure, ils peuvent aussi apparaître suite à un traumatisme brutal (sonore ou crânien). Il existe cependant de nombreuses autres causes pouvant expliquer la venue des acouphènes :

  • Une perte auditive chez les personnes âgées, que l’on appelle la presbyacousie ;
  • L’ingestion de certains médicaments susceptibles de causer des lésions de l’oreille interne ;
  • Un bouchon de cérumen qui peut bloquer le canal auditif ;
  • La maladie de Ménière qui provoque d’abord des vertiges puis des troubles auditifs voire même une surdité ;
  • L’otospongiose, qui est une maladie des os de l’oreille moyenne et qui provoque également une surdité ;
  • Des infections de l’oreille fréquentes, telles que des otites par exemple, qui abîment le tympan ;
  • Une éventuelle tumeur localisée sur le nerf auditif.

Comment détecter des acouphènes ?

Pour identifier les origines des acouphènes, il est indispensable de consulter un spécialiste de santé (ORL). Son travail consiste à faire le point sur la nature des acouphènes et à rechercher des symptômes associés : vertiges ou troubles de l’équilibre, perte d’audition, hyperacousie (la perception de sons qui deviennent gênants, insupportables, voire douloureux), nausées et/ou vomissements, douleurs de l’oreille, etc.

En plus de l’évaluation des symptômes des acouphènes, votre ORL mesure leur impact sur votre vie quotidienne. Dans la pratique, il effectuera un examen ORL complet des oreilles, du nez et de la gorge. Cela s’appelle « l’examen oto-rhino-laryngologique ». Le médecin recherche un éventuel bouchon de cérumen logé dans le tympan, un vertige ou un début de surdité. Si vous êtes sujet à des acouphènes objectifs, ils peuvent être entendus au moment où le médecin examine votre cou, en même temps que le bruit du pouls de votre carotide.

Les acouphènes étant souvent associés à une perte auditive, il procédera obligatoirement à un examen de mesure de l’audition, l’audiométrie. À partir de l’audiogramme obtenu, qui évalue l’audition dans son ensemble, d’autres examens pourront être pratiqués (acouphénométrie, scanner, IRM, échographie doppler des vaisseaux sanguins du cou) pour identifier une éventuelle maladie à l’origine des acouphènes. L’IRM est d’ailleurs une méthode de recherche efficace pour identifier ces symptômes auditifs auprès des patients. En effet, cela peut permettre d’éliminer la présence d’une potentielle tumeur sur le nerf auditif. Une IRM du cerveau apportera plus de précisions sur les acouphènes qu’un examen réalisé au scanner ou par radiographie. 

Quelles sont les conséquences des acouphènes ?

L’impact d’un acouphène est très variable d’une personne à l’autre. Le plus souvent, il se manifeste par une simple gêne temporaire ou occasionnelle. Mais s’il devient permanent, il peut se transformer en véritable handicap au quotidien et dégrader la qualité de vie avec des conséquences très incommodantes, comme des difficultés d’endormissement, des insomnies, des difficultés de concentration, du stress, de l’irritabilité ou encore de l’anxiété, voire une dépression.

Dans le cas d’un acouphène occasionnel, les traitements donnés par les professionnels de santé peuvent suffire à soulager les personnes atteintes de ces symptômes. En revanche, si l’acouphène est intense, très douloureux et fréquent, les personnes victimes de ce problème auditif peuvent envisager un suivi à l’hôpital, encadré par une équipe médicale. Les acouphènes peuvent donc être vécus comme de réels traumatismes qui affectent la vie sociale et professionnelle. De plus, les personnes touchées par cette maladie auditive pensent souvent qu’il leur faut se préserver du bruit. Pourtant, les symptômes des acouphènes sont également présents dans le silence. La surprotection auditive ne fait donc qu’empirer la situation. L’oreille a besoin d’entendre des sons de temps en temps pour pouvoir fonctionner correctement.

Malgré ce constat quelque peu pessimiste, on peut noter que la perception des acouphènes a tendance à diminuer avec le temps dans la plupart des cas, plus ou moins rapidement selon les individus. C’est ce que l’on appelle le processus d’habituation : les personnes touchées apprennent à mettre de côté ces bruits parasites, comme nous le faisons tous inconsciemment pour les nombreux sons non pertinents que nous entendons au quotidien.

Comment traiter les acouphènes ?

Si l’ORL parvient à identifier une anomalie à l’oreille (otite, bouchons, etc.), un traitement sera certainement mis en place pour guérir les acouphènes ou au moins les diminuer.

Si c’est une perte auditive qui est diagnostiquée, la mise en place d’une aide auditive vous aidera à mieux les tolérer, voire à les oublier ! Si les acouphènes sont présents à cause d’une maladie bien définie, le professionnel de santé devra d’abord s’employer à la soigner. Si la cause n’est pas identifiée, l’ORL pourra proposer une prise en charge thérapeutique comportementale et cognitive et/ou la pose d’un générateur de bruits par un audioprothésiste, qui produit un son qui masque les acouphènes. Le port de cet appareil plusieurs heures par jour et pendant plusieurs mois soulage la gêne liée aux acouphènes, en aidant la personne à s’y habituer.

Le Neurofeedback dynamique peut également être envisagé pour soigner le patient. Il s’agit d’une technique thérapeutique durant laquelle la personne souffrant d’acouphènes écoute de la musique tout en étant reliée à des capteurs sur un appareil. Lorsque ce dernier détecte une activité électrique anormale du système nerveux, la musique s’arrête et le cerveau commence alors à s’auto-réguler. Si le problème persiste et qu’une anxiété se fait sentir, un traitement médicamenteux pourra être envisagé.

Il faudra cependant faire attention dans le cas où certains médicaments sont les causes des symptômes des acouphènes. D’autres thérapies et traitements naturels sont également envisageables en complément de la prise en charge médicale, notamment :

  • L’acupuncture, qui corrige le déséquilibre énergétique présent dans le corps et supprime le traumatisme auditif de l’acouphène ;
  • L’hypnose, la sophrologie ou l’orthophonie, qui permettent au patient de se détacher des symptômes liés aux acouphènes, de mieux gérer leur stress et de prendre du recul ;
  • La prise de compléments alimentaires, l’aromathérapie, l’homéopathie ou la méditation ;
  • La musicothérapie, qui diffuse une musique agréable pour le patient, sur la même fréquence que ces acouphènes.

Peut-on prévenir les acouphènes ?

On ne peut pas à proprement parler de prévention des acouphènes. Néanmoins il est tout à fait possible, avec quelques mesures simples, d’adopter les bons réflexes dès maintenant pour préserver son audition.

En premier lieu, évitez de vous exposer à des bruits trop forts et prolongés. Au-delà de 85 décibels, l’oreille interne est fragilisée et l’apparition d’acouphènes favorisée. Si vous écoutez de la musique avec un casque, limitez le volume et le temps d’écoute. En concert ou en discothèque, gardez vos distances avec les enceintes et équipez-vous de bouchons d’oreille. Évitez le silence total et habituez plutôt votre oreille à écouter un bruit à l’intensité faible ou modérée. N’abusez pas des excitants tels que l’alcool, le café, le thé ou le soda. Ce sont des excitants qui ne feront qu’augmenter vos acouphènes. Réduisez au maximum l’utilisation des cotons-tiges, qui sont souvent responsables des bouchons de cérumen dans le conduit auditif. Si vous avez une otite, évitez de mettre la tête sous l’eau. Dès que vous observez les symptômes d’un acouphène, consultez rapidement votre médecin afin d’éviter de devoir prendre des médicaments ototoxiques, dangereux pour votre oreille. Enfin, pratiquez une activité physique ou sportive afin de vous aider à gérer le stress. Mais surtout, prenez soin de vos oreilles et de votre santé au quotidien !

A lire aussi

  • Qu’est-ce que la presbyacousie

    La presbyacousie est un phénomène lié à l’âge tout à fait naturel. Bien qu'elle soit le trouble auditif le plus répandu en France et dans le monde, ses conséquences ne sont pas une fatalité : de nombreuses solutions existent aujourd'hui pour la détecter à temps et la traiter.
  • Qu'est-ce que l'hyperacousie ?

    L'hyperacousie est un trouble auditif caractérisé par un dérèglement du système auditif qui provoque une hypersensibilité de l'ouïe et une intolérance à des bruits, pourtant considérés normaux par l'entourage. 
  • Qu'est-ce qu'un acouphène ?

    Vous entendez une sorte de bourdonnement ou de sifflement dans vos oreilles ou dans votre tête ? Vous souffrez probablement d'acouphènes, ces bruits fantômes qui apparaissent sans que de véritables sons n'arrivent dans vos oreilles. 
  • Les troubles de l’audition : de quoi parle-t-on ?

    Tout comme les troubles de la vue, les troubles de l’audition sont variés et peuvent affecter notre vie quotidienne. Ils peuvent avoir plusieurs origines : l’âge, une maladie héréditaire, un traumatisme…
  • Les grandes étapes de l'appareillage

    Votre ORL (Oto-rhino-laryngologiste) est le médecin spécialisé pour diagnostiquer la nature et l’origine de votre gêne auditive. En fonction du diagnostic établi, il vous conseillera sur la meilleure façon de corriger cette gêne. Dans un grand nombre de cas, il sera susceptible de vous orienter vers le port d’un appareil auditif et vous délivrera pour cela une ordonnance à remettre à l’audioprothésiste de votre choix. 

Vous allez nous aimer et nous suivre !

Restez informés et recevez nos offres KRYS

(= error =)

Listes d'abonnements

Votre inscription a été prise en compte

#Krys