Aller au contenu principal

(= cartData.lines.length =) article articles

  • (=:: line.product.common.title || line.designation =)

    (=:: line.quantity =)
    (=:: line.amountWithTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) (=:: line.amountWithoutTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) HT
    *Prix magasin

Total : (= cartData.amounts.linesAmountWithTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) (= cartData.amounts.linesAmountWithoutTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) HT

Panier en cours de paiement

Voir mon panier

Votre panier est vide. Panier en cours de chargement...

Jusqu’au 27 octobre, profitez de la 2ème paire de marque offerte* pendant les Jours Krys.

Santé Qu’est-ce que la presbyacousie ?

La presbyacousie est un phénomène lié à l’âge tout à fait naturel et touche environ 5 à 6 millions de personnes en France. Les hommes sont d’ailleurs plus souvent concernés par cette perte auditive. Elle se déclenche de façon importante le plus souvent vers 65 ans, et concerne 1 personne sur 3. Bien qu’elle soit le trouble auditif le plus répandu en France et dans le monde, ses conséquences ne sont pas une fatalité : de nombreuses solutions existent aujourd’hui pour la détecter à temps et la traiter. 

Comprendre ce qu’est la presbyacousie

La perte auditive liée à l’âge, ou presbyacousie, se manifeste par une baisse progressive et constante de l’audition qui commence généralement à se faire ressentir à partir de 50 ans, mais démarre dès l’âge de 25 ans. Elle touche les deux oreilles, le plus souvent de façon symétrique, et engendre des difficultés de compréhension de la parole, en particulier des sons aigus dans un environnement bruyant. Dans son rapport « L’état de santé de la population en France » de 2017, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) note que « parmi les atteintes de l’audition, la presbyacousie, altération des facultés d’audition liée à l’âge, reste la cause la plus fréquente de surdité chez l’adulte de plus de 50 ans ». Il existe différents types de presbyacousie, la plus commune étant la presbyacousie sensorielle, qui peut rapidement devenir gênante puisqu’elle entraîne un isolement social.

Pourtant, les personnes atteintes de presbyacousie refusent bien souvent d’admettre leurs troubles auditifs. D’ailleurs, selon le rapport évoqué plus haut, seulement 20 % de ces personnes sont équipées d’appareils auditifs. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une complète surdité, la perception de certaines consonnes telles que le S, le Z, le F ou le V ainsi que les chuchotements, les voix d’enfants ou de femmes sont difficiles à entendre pour les personnes presbyacousiques. Leur oreille a également du mal à distinguer les sons émis dans un lieu où la réverbération est forte, comme dans une église par exemple. De plus, elles sont souvent sujettes à des acouphènes. Il s’agit d’un son ou d’un bruit entendu uniquement par la personne concernée et qui peut lui causer une gêne très importante.

Il est donc primordial de faire tester votre audition tout au long de votre vie pour bien entendre et rester connecté au monde qui vous entoure. Autour de 60 ans, pensez à faire des bilans plus réguliers avec votre audioprothésiste KRYS Audition pour anticiper la presbyacousie débutante et limiter son impact sur votre qualité de vie. En effet, la perte auditive est souvent progressive, passant d’une baisse de 0,5 décibel vers 65 ans, à 2 décibels autour de 85 ans...

Quelles sont les causes de la presbyacousie ?

La cause principale de la presbyacousie concerne le vieillissement. En effet, cela entraîne une perte de souplesse des osselets, qui ont pour rôle d’augmenter les vibrations au niveau du tympan vers la cochlée, située dans l’oreille interne. Les fréquences aiguës sont alors difficiles à percevoir. Il s’agit d’une presbyacousie mécanique. De plus, les cellules présentes sur la cochlée et qui réagissent aux hautes fréquences se désintègrent au fur et à mesure. On parle alors de presbyacousie sensorielle. Cette perte auditive porte uniquement sur les fréquences aiguës. Enfin, le vieillissement provoque une perte non négligeable de la capacité d’analyse des centres du cerveau et de l’efficacité des fibres nerveuses dans la transmission d’informations auditives. Cela se nomme la « presbyacousie nerveuse » et ne concerne que les fréquences aiguës ainsi que certaines distinctions vocales.

Si le vieillissement, qui entraîne l’usure du système auditif, est la cause première de la presbyacousie, d’autres facteurs peuvent intervenir. Des études ont démontré qu’une diminution de la circulation sanguine au niveau de l’oreille nuit à l’audition. Des maladies comme l’artériosclérose, qui réduit la vascularisation de la cochlée et donc son oxygénation, le diabète, qui diminue l’afflux sanguin vers l’oreille interne, ou l’hypertension, qui provoque des modifications vasculaires et une diminution de l’afflux sanguin, peuvent provoquer une presbyacousie précoce. Tous ces problèmes de circulation sanguine participent à la mauvaise oxygénation des cellules du système auditif, et accélèrent leur vieillissement. Ce type de presbyacousie porte le nom de « presbyacousie métabolique » et concerne toutes les fréquences, qu’elles soient aiguës ou graves.

L’usage régulier de médicaments toxiques pour la cochlée, comme l’aspirine ou certains antibiotiques, est un facteur propice supplémentaire. Il existe aussi, évidemment, des prédispositions génétiques dans certaines familles où on constate que la presbyacousie se reproduit quasiment à chaque génération. Autres facteurs de risque, les traumatismes sonores : une exposition prolongée à des sons forts peut entraîner des lésions qui provoquent une apparition prématurée de la presbyacousie. 

Quelles sont les conséquences de la presbyacousie ?

Une personne touchée par la presbyacousie aura généralement tendance à mettre sa perte auditive sur le compte de son environnement : les restaurants ou les transports trop bruyants, des interlocuteurs qui articulent mal ou ne parlent pas assez fort, etc. C’est pour cette raison que vous devez être attentif à certains signes, par exemple des difficultés à suivre des discussions de groupe ou à comprendre votre conjoint ou vos petits-enfants.

Dans ce type de situations, vos proches vous seront d’une grande aide, car ils sont souvent les premiers à noter des changements : s’ils vous font remarquer que vous les faites répéter ou que vous avez tendance à augmenter le son de la télévision pour bien l’entendre, écoutez-les et faites tester votre audition ! Sans surprise, les conséquences de la presbyacousie sont d’abord sociales : si une personne a du mal à communiquer parce qu’elle ne comprend ou n’entend pas, elle aura tendance à se replier sur elle-même. Cet isolement n’est pas à négliger, car il peut avoir des retentissements importants : dépression, augmentation des risques de chute...

La presbyacousie peut donc aussi avoir des conséquences sur la condition physique des personnes atteintes de ces troubles auditifs. Elle peut également engendrer une certaine dépendance ainsi qu’une perte cognitive importante. D’ailleurs, selon les dires du Professeur Bernard Fraysse, qui évolue au CHU de Toulouse en tant que chef du service ORL, un lien a pu être identifié entre une perte auditive et un déclin cognitif sur le long terme. Une perte de l’audition légère de l’ordre de 20 à 40 décibels multiplierait le risque de déclin cognitif par deux, alors qu’une perte auditive de 70 à 90 décibels le multiplierait par cinq. Cela pourrait même conduire à un potentiel risque de démence.

La presbyacousie peut aussi évoluer vers la surdité en quelques années. Il est donc crucial qu’elle soit prise en charge au plus tôt. Des conséquences physiques viennent s’ajouter aux conséquences sociales en cas de surdité. Des tensions musculaires peuvent survenir ainsi que du stress, une fatigue intense, des maux de tête ou encore de l’hypertension artérielle. 

Comment traiter la presbyacousie ?

Des traitements médicamenteux peuvent être prescrits dans le cadre d’une presbyacousie. Il s’agit en général de vasodilatateurs et d’oxygénateurs tissulaires, qui permettent d’entretenir les vaisseaux sanguins présents au niveau de la cochlée dans l’oreille interne, et du cerveau. Néanmoins, ces traitements ne sont généralement pas suffisants dans le cas d’une presbyacousie avérée. Autour de 55 ans, un contrôle annuel de l’audition est indispensable pour dépister précocement la presbyacousie.

Votre audioprothésiste Krys Audition vous propose donc des tests de dépistage : LE BILAN AUDITIF GRATUIT. Si un problème est détecté, il vous incitera à prendre rendez-vous chez l’ORL, nécessaire pour établir un diagnostic médical. L’ORL procédera à différents examens, afin de vérifier l’état du conduit auditif et du tympan. Il effectuera aussi une audiométrie tonale pour mesurer l’audition grâce à des sons envoyés dans les oreilles à différentes fréquences et intensités. L’audiométrie vocale viendra la compléter pour mesurer d’éventuels troubles liés à la compréhension de mots, syllabes, etc. Si une presbyacousie est constatée, votre audioprothésiste KRYS Audition prendra le relais du médecin, l’équipement auditif étant aujourd’hui la meilleure solution pour la traiter. Il vous proposera différentes sortes d’aides auditives selon le type de presbyacousie.

Des appareils auditifs sont jugés nécessaires dès lors que le patient comprend moins de 80 % des mots prononcés à un niveau sonore faible, ou qu’une perte tonale de 30 dBHL, correspondant à l’unité de mesure de la perte auditive, est constatée. Le professionnel de santé pourra alors vous proposer un appareillage monaural s’il est installé sur une seule oreille, ou binaural s’il concerne les deux oreilles. Cette solution est la plus recommandée, car elle facilite la localisation spatiale du bruit entendu. De la même façon qu’il faut une période d’adaptation pour des verres progressifs, quelques semaines seront nécessaires pour vous habituer à vos aides auditives. Votre audioprothésiste sera présent pour vous accompagner durant cette période et procéder à des réglages sur-mesure pour une audition optimale. Il est également possible d’envisager des séances de rééducation avec un orthophoniste pour améliorer la lecture sur les lèvres et ainsi compléter les avantages liés à ces aides auditives.

Comment prévenir l’apparition de la presbyacousie ?

Vous l’aurez compris, l’apparition de la presbyacousie est inévitable. Il n’existe donc aucun médicament pour la ralentir ou la retarder, mais il est possible de la prévenir en prenant soin de ses oreilles tout au long de sa vie et en appliquant des règles simples. L’Organisation mondiale de la santé recommande notamment de protéger ses oreilles des bruits forts, de ne jamais rien y insérer, de ne jamais y mettre de liquide (hors prescription médicale), de s’adresser d’urgence à un médecin en cas de douleur ou d’écoulement auriculaire, d’avoir une alimentation saine et de faire de l’exercice (pour éviter des maladies comme l’hypertension ou le diabète).

Il est vrai que les aliments riches en oméga 3 possèdent des propriétés antioxydantes. Consommer des poissons gras tels que le thon, la sardine ou le hareng, des graines de lin ou de courge, des fruits secs et des fruits rouges frais permet de freiner le vieillissement cellulaire. Le fait d’éviter de consommer des médicaments ototoxiques tels que les antibiotiques par exemple entretient également votre santé auditive. La prévention reste donc le meilleur moyen de retarder la presbyacousie : une personne avec un système auditif sain aura moins de chances d’être touchée ou le sera bien plus tardivement. En revanche, si vous ressentez une perte d’audition brutale à une oreille, ou aux deux, n’hésitez pas à consulter rapidement votre médecin. Procéder à des bilans auditifs réguliers permet de prévenir les risques de surdité. Alors, prenez soin de vous et de vos proches et restez à l’écoute de votre audition !


A lire aussi

  • Qu’est-ce que la presbyacousie

    La presbyacousie est un phénomène lié à l’âge tout à fait naturel. Bien qu'elle soit le trouble auditif le plus répandu en France et dans le monde, ses conséquences ne sont pas une fatalité : de nombreuses solutions existent aujourd'hui pour la détecter à temps et la traiter.
  • Qu'est-ce que l'hyperacousie ?

    L'hyperacousie est un trouble auditif caractérisé par un dérèglement du système auditif qui provoque une hypersensibilité de l'ouïe et une intolérance à des bruits, pourtant considérés normaux par l'entourage. 
  • Qu'est-ce qu'un acouphène ?

    Vous entendez une sorte de bourdonnement ou de sifflement dans vos oreilles ou dans votre tête ? Vous souffrez probablement d'acouphènes, ces bruits fantômes qui apparaissent sans que de véritables sons n'arrivent dans vos oreilles. 
  • Les troubles de l’audition : de quoi parle-t-on ?

    Tout comme les troubles de la vue, les troubles de l’audition sont variés et peuvent affecter notre vie quotidienne. Ils peuvent avoir plusieurs origines : l’âge, une maladie héréditaire, un traumatisme…
  • Les grandes étapes de l'appareillage

    Votre ORL (Oto-rhino-laryngologiste) est le médecin spécialisé pour diagnostiquer la nature et l’origine de votre gêne auditive. En fonction du diagnostic établi, il vous conseillera sur la meilleure façon de corriger cette gêne. Dans un grand nombre de cas, il sera susceptible de vous orienter vers le port d’un appareil auditif et vous délivrera pour cela une ordonnance à remettre à l’audioprothésiste de votre choix. 

Vous allez nous aimer et nous suivre !

Restez informés et recevez nos offres KRYS

(= error =)

Listes d'abonnements

Votre inscription a été prise en compte

#Krys