Aller au contenu principal

(= cartData.lines.length =) article articles

  • (=:: line.product.common.title || line.designation =)

    (=:: line.quantity =)
    (=:: line.amountWithTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) (=:: line.amountWithoutTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) HT
    *Prix magasin

Total : (= cartData.amounts.linesAmountWithTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) (= cartData.amounts.linesAmountWithoutTaxes | rbsFormatPrice:cartData.common.currencyCode =) HT

Panier en cours de paiement

Voir mon panier

Votre panier est vide. Panier en cours de chargement...

Jusqu'au 26 octobre, la 2ème paire de marque offerte* avec les Jours Krys : j'en profite

Santé Rétinoblastome

Le rétinoblastome est un cancer rare de la rétine qui touche principalement les enfants de moins de 4-5 ans. Son incidence est de 1/15 000 à 1/20 000 naissances par an, avec une prédominance chez les garçons(1).

Qu’est-ce que le rétinoblastome ?

Le rétinoblastome est une tumeur maligne de la rétine, qui se développe chez les nourrissons et les enfants en bas âge. Elle se soigne dans 95% des cas, mais doit être diagnostiquée au plus tôt pour obtenir les meilleures chances d’éviter des séquelles. L’atteinte maculaire dépend en effet directement de la taille de la tumeur observée durant le diagnostic. Un examen capable de détecter le rétinoblastome avant son développement diminuera donc largement le risque. 

Une prédisposition génétique

Comme d’autres tumeurs malignes, le rétinoblastome se développe à la suite d’une anomalie génétique. En effet, les deux gènes RB d’un enfant porteur ne peuvent s’activer. Ce gène ayant une fonction de suppresseur de tumeur, son inactivité risque de provoquer une prolifération de cellules rétiniennes, entraînant alors le rétinoblastome.

Cette prédisposition génétique n’est pas forcément transmise par un parent. Elle est toutefois plus fréquemment héréditaire lorsque le rétinoblastome touche les deux yeux plutôt qu’un seul. La mutation peut aussi être “de novo”, voire de type mosaïque (apparaissant uniquement sur certaines cellules de la rétine). En cas d’antécédents familiaux, il reste bien entendu primordial de procéder à un suivi régulier réalisé par un expert de l’ophtalmologie.

Quels sont les symptômes ?

Si votre enfant présente un strabisme ainsi que d’une leucocorie (pupille renvoyant un reflet blanchâtre), rapprochez vous de votre ophtalmologiste.

Pour prévenir ces complications, des signes d’alerte caractéristiques de la maladie doivent amener les parents à consulter rapidement un ophtalmologiste, et il existe un moyen très simple pour s’en apercevoir.

Comment faire pour le détecter ?

Lorsque vous prenez une photo au flash et que vous voyez un reflet blanc appelé « leucocorie » dans la pupille, cela peut être un signe de la maladie.
 
Le reflet blanc n’est toutefois pas toujours présent sur les photos car sa visibilité dépend de l’angle de prise de vue et pour l’apercevoir de façon nette, il faut que le reflet de la lumière du flash touche la zone précise de la rétine qui est atteinte par la maladie.

Si les photographies peuvent aider à détecter le rétinoblastome, il convient cependant d’être prudent. En effet, un œil rouge et l’autre blanc sur une photo ne signifie pas forcément que votre enfant est atteint et parfois, une leucocorie peut passer inaperçue.

En cas de doute, la meilleure solution reste de prendre rendez-vous chez votre ophtalmologiste qui effectuera les examens nécessaires. 
(1) https://www.arcagy.org/infocancer/localisations/cancers-de-l-enfant/oncopediatrie/le-retinoblastome.html/


A lire aussi

  • La rétinite pigmentaire : symptômes et traitement

    Vous n’avez peut-être jamais entendu parler de la rétinite pigmentaire, pourtant cette maladie génétique dégénérative des yeux, qui touche environ 1 personne sur 4 000, est la première cause de cécité héréditaire dans les pays développés. Elle est généralement diagnostiquée chez les jeunes adultes, mais ses premiers signes peuvent apparaître de la petite enfance jusqu’à environ 30 ans.
  • Rétinoblastome : et si une simple photo pouvait sauver une vie ?

    A l'occasion de nombreux évènements, les flashs crépitent pour garder des souvenirs de ces instants de joie et de partage en famille ou entre amis. Mais saviez-vous que ces flashs pouvaient être bien plus que des éclairs de lumière et sauver des vies ?
  • Rétinopathie

    Cette affection de la rétine atteint en particulier les sujets diabétiques mais pas seulement. Zoom sur les différentes rétinopathies…
  • Glaucome

    Détérioration progressive du nerf optique, un glaucome évolue lentement. Ouvrons l’œil !
  • La cataracte : symptômes et traitement

    Tout comme la DMLA et le glaucome, la cataracte est une maladie dégénérative de l’œil et particulièrement du cristallin.
    Elle se manifeste principalement à partir de 60 ans et sa fréquence augmente avec l’âge : une personne sur cinq est atteinte à 65 ans et plus de deux sur trois après 85 ans !
  • DMLA

    Vous avez l'impression que les lignes droites ondulent ou se déforment ? C’est peut-être le signe d’un début de dégénérescence maculaire liée à l’âge. De quoi s’agit-il ?
  • La vue et le diabète

    Selon plusieurs études, on estime à 3,5 millions le nombre de français aujourd’hui atteints par le diabète. Causé par certaines prédispositions génétiques ou par des modes de vies sédentaires et des habitudes alimentaires déséquilibrées, les diabètes de Type 1 et de Type 2 engendrent de nombreux problèmes de santé et notamment des troubles de la vision, comme une rétinopathie diabétique dans la majorité des cas.
  • Innovation : des lunettes pour pallier la DMLA ?

    C’est lors du Congrès Vision innovation du 10 février2015, à la Maison de l’UNESCO, que la société Light Vision a présenté son prototype de lunettes à réalité augmentée qui pourrait améliorer le quotidien des personnes atteintes de DMLA.

Vous allez nous aimer et nous suivre !

Restez informés et recevez nos offres KRYS

(= error =)

Listes d'abonnements

Votre inscription a été prise en compte

#Krys